Une diversification équilibrée, oui mais comment.

« Il faut habituer les enfants à manger équilibré dès leur petit âge »,  « Le calcium est indispensable pour les enfants », « Il faut faire attention à donner un peu de tous à ses enfants ».

Elles sont jolies toutes ces affirmations, mais restent assez théorique comme expressions, elles relèvent plus de la sphère de la littérature que du discourt scientifique.

En parlant d’équilibre, il est de rigueur de connaitre les critères sur lesquels se baser. Autrement dit parlons de l’alimentation humaine de base.

Dans cet article nous essayerons de répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les classes d’aliments dans l’alimentation de l’humain ?
  • Doit-on privilégier des aliments en particulier ?
  • Quels sont les besoins alimentaire d’un enfant en âge de la diversification et jusqu’à l’âge du sevrage ?

L’humain, cette espèce omnivore :

Beaucoup d’espèces d’animaux sont « mono-vore ». Ils sont carnivores quand ils mangent que de la viande, herbivore lorsque leur alimentation est uniquement végétale, etc.

L’homme est dit omnivore parce que son système digestif est très développé et arrive à digérer un large éventail d’aliments. Il ne s’agit par contre pas uniquement de cela, l’homme mange aussi de tout car il est dans l’incapacité de synthétiser des composants indispensable à son fonctionnement. Contrairement aux plantes avec de la chlorophylle par exemple.

Pour assurer le bon fonctionnement de ses organes et leur pérennité, il faut impérativement avoir une alimentation équilibrée. C’est-à-dire consommer tous les nutriments nécessaires.

Lorsqu’on parle de nutriments, on parle de trois catégories principales :

L’eau

Beaucoup d’encre a coulé sur l’importance de l’eau. Pour éviter de vous encombrer avec des choses que vous connaissez déjà nous soulignons juste qu’il faut boire de l’eau, de la vraie eau. Les boissons sucrées et les jus ne remplacent pas l’eau plate, du robinet, minéral ou minéralisé.

Les macronutriments

Nous allons tenter de simplifier au maximum les choses. N’empêche qu’on est loin de cerner toute la question.

Les glucides : Pour faire simple, le glucide est le carburant du corps humain. C’est l’énergie qu’utilise le corps humain pour marcher, pour réfléchir, pour respirer, pour dormir, etc. C’est ce qui me permet de vous écrire ces lignes en ce moment.

Les lipides : C’est le gras, l’huile, le beurre. Comme le glucide, les lipides sont une réserve d’énergie. Elles ont énormément de vertus et consommé sans modération constitue un grand risque mais ce n’est l’occasion d’en parler.

Les protéines : La protéine n’est pas aussi évidente à définir car sa molécule est ce qu’on appelle une macromolécule. Il est composé  de résidus d'acides aminés liés entre eux par des liaisons peptidiques. Indispensable au renouvèlement des tissus musculaire.

Les micronutriments

A la différence des macronutriments, les micronutriments n’ont aucun apport énergétique, elles n’en sont pas moins essentielles.

Les vitamines

Elles régulent le métabolisme, facilitent la libération d’énergie, et assurent des fonctions importantes dans la synthèse des os et des tissus.

On a pu énumérer à ce jour 13 vitamines, de rôles différents l’un de l’autre.

Les sels minéraux

Sont de nombre de 22 au total et sont indispensables à de nombreuses fonctions du corps.

Un menu type :

Il est difficile de parler de menu type à la lumière de ce qu’on a pu présenter ci-dessus. Du moment que la personne consomme une quantité suffisante de macronutriments et de micronutriments, la personne peut s’amuser à composer elle-même ses menus, selon ses préférences, ses gouts, sa culture et son terroir. Il faut faire attention à ne pas surconsommer non plus.

Dans notre mode de consommation actuelle, nous sommes face à un phénomène assez spécial : une surconsommation en macronutriments et d’énormes carences en micronutriments.

Plusieurs pays proposent des directives diététiques plutôt qu’un menu type. Ici quelques exemples de rapports diététiques pour quelques pays :

Les USA : http://www.choosemyplate.gov/

Le Japan : http://www.maff.go.jp/j/balance_guide/b_use/pdf/eng_reiari.pdf

Le Canada : http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/alt_formats/hpfb-dgpsa/pdf/food-guide-aliment/view_eatwell_vue_bienmang-eng.pdf

Le Qatar : http://www.fao.org/3/a-az909e.pdf

 La question légitime qui se pose, c’est quelles sont les quantités idéales en macro et micronutriments ?

L’ANC, le tableau de bord de l’alimentation humaine :

L’apport nutritionnel conseillé est un indicateur scientifique qui représente la quantité suffisante de différents aliments.

En l’absence de rapport Marocain indiquant les ANC des différents aliments, nous présentons ici les ANC proposé par l’Anses qui ont la plus grande portée :

diversification

Références :

http://www.who.int/nutrition/globaltargets_indicators/en/

http://www.fao.org/docrep/008/y5773e/y5773e00.HTM

http://www.unicef.org/progressforchildren/2006n4/index_indicators.html

Barker, D. J. (1997). Maternal nutrition, fetal nutrition, and disease in later life.Nutrition, 13(9), 807-813.

http://www.nutrition.org/

 

Un petit commentaire fait plaisir :