Lorsqu’on allaite, le ramadan ça se prépare

Vous avez bien évidement déjà pensé à faire vos emplettes, vous avez préparé votre sellou ou sfouf, vous avez commandé de la chebbakia, vous avez même acheté une jellaba pour l’occasion. Avez-vous pensez à préparer votre corps ?

Si je jeune est ce que j’aurais moins de lait ou un lait de moindre qualité ?

D’entrée la réponse et NON, et voilà la preuve chez les scientifiques:

Sur une étude de Bener,A et al, le jeune durant le mois de ramadan ne changerait pas la composition du lait. Selon RakicioGli,N et al ; le jeune durant le ramadan n’a pas d’effet significatif sur les macronutriments contenus dans le lait et par conséquent sur le développement de l’enfant allaité. Il a enregistré des différences significatives sur quelques micronutriments comme le zinc, le magnésium et le potassium. Le statut nutritionnel de la mère allaitante est affecté par le jeune.

Sur une expérimentation faite sur les rats, Brighram, H. teste l’effet d’une privation de nourriture sur la composition et la quantité du lait. De ses résultats, il conclut qu’il n’y a aucune modification quantitative ni qualitative si avant cette privation le rat reçoit une alimentation adéquate. La composition du lait est par ailleurs légèrement modifié sans impact sur la qualité ni l’évolution de son petit.

Est-ce que j’aurais moins de lait pendant le Ramadan ?

Cette question ressemble à s’y méprendre à la première question. Il s’agit au fait de deux choses totalement différentes. Nous avons vu que le jeune autant que tel n’affecte ni la lactation ni la croissance du bébé.

Sauf que le ramadan ce n’est pas QUE le jeune. C’est le jeune bien évidemment, mais aussi la rupture du jeune, le shor, les heures du sommeil, etc.

Il en résulte trois choses principales à mon avis :

 Le capitale santé avant le mois de ramadan.

Imaginez que vous vous préparez pour faire le marathon. Serait-il judicieux d’y arriver sans préparation sans entrainement. Vous avez bien évidemment répondu non. Pourquoi ce serait différent pour le ramadan qui n’est pas moins un marathon sur plusieurs niveaux, nous nous intéressons au niveau nutritif.

Plusieurs semaines avant le ramadan pensez à rééquilibrer votre alimentation, prenez RDV avec votre médecin pour faire un bilan général et savoir si vous avez des carences et traitez les. Faites un peu d’exercice, au moins une demi-heure de marche chaque jour.

L’alimentation hors heures du jeune.

Le jeune c’est bien connu, c’est à des heures bien précises. Ne vous amusez pas enfreindre ces « règles ». Prévoyez des équilibrés, hydratez-vous en petites gorgées et mangez à votre faim.

Le rythme de vie.

Alors là y a pas de mystère, le stress, la fatigue, le manque de sommeil ça agit négativement sur votre lactation. Allez-y molo, levez le pied, dormez tôt, reposez-vous pendant la journée et faites simple.

Si après tous cela vous sentez que vous ne devez pas jeuner, prenez la rokhssa, vous vous rattraperez plus tard. Et comme j’ai dit, le ramadan ce n’est pas QUE je jeune.

Références

Owen, C. G., Martin, R. M., Whincup, P. H., Smith, G. D., & Cook, D. G. (2006). Does breastfeeding influence risk of type 2 diabetes in later life? A quantitative analysis of published evidence. The American journal of clinical nutrition84(5), 1043-1054.

Bener, A., Galadari, S., Gillett, M., Osman, N., Al-Taneiji, H., Al-Kuwaiti, M. H. H., & Al-Sabosy, M. M. A. (2001). Fasting during the holy month of Ramadan does not change the composition of breast milk. Nutrition research21(6), 859-864.

RAKICIOĞLU, N., Samur, G., TopÇU, A., & Topcu, A. A. (2006). The effect of Ramadan on maternal nutrition and composition of breast milk. Pediatrics international48(3), 278-283.

Brigham, H. E., Sakanashi, T. M., & Rasmussen, K. M. (1992). The effect of food restriction during the reproductive cycle on organ growth and milk yield and composition in the rat. Nutrition Research12(7), 845-856.

Prentice, A. M., Lamb, W. H., Prentice, A., & Coward, W. A. (1984). The effect of water abstention on milk synthesis in lactating women. Clinical Science66(3), 291-298.

Un petit commentaire fait plaisir :