Intolérances et allergies alimentaire

J’entends très souvent la phrase « non, ce n’est pas vraiment une allergie qu’il a, il a juste une petite intolérance ». C’est à croire qu’une allergie est l’évolution ou le cas extrême d’une intolérance. Il s’agit au fait de deux choses totalement différentes.

Pour la santé future de l’enfant, il est important que les parents arrivent à faire la différence, surtout pendant la période de la diversification.

Que ce soit l’allergie ou l’intolérance, la réaction peut être à peine visible, plus ou moins modéré jusqu’à très grave.

Allergie alimentaire

Une allergie alimentaire signifie que le système immunitaire réagi à l’introduction de l’aliment allergène. Selon la classe L'immunoglobuline invoqué, la réaction peut aller du simple picotement à la gorge et jusqu’au choc anaphylactique (heureusement très rare). Les symptômes d’une allergie sont très variables ; picotements, rougeurs sur le corps, gonflement, vomissements, diarrhée ou constipation, etc. Ce qui caractérise la réaction allergique c’est son instantanéité. Elle survient pratiquement dès que la personne allergique ingère l’aliment.

Les aliments les plus allergisants chez les bébés en âge de la diversification sont : 

• céréales contenant du gluten (blé, seigle, orge, avoine, épeautre, Kamut ou leurs souches hybrides) et produits à base de ces céréales,

• œuf et produits à base d’œuf,

• poissons et produits à base de poisson, • lait et produits à base de lait,

• fruits à coques (amandes, noisettes, noix, noix de cajou, noix de pécan, noix du Brésil, noix de macadamia, noix de Queensland, pistaches) et produits à base de ces fruits,

• anhydres sulfureux et sulfites en concentration de plus de 10mg/kg ou 10 mg/l exprimés en SO2),

• arachide et produits à base d’arachide

• crustacés et produits à base de crustacés

• soja et produits à base de soja,

• céleri et produits à base de céleri

• moutarde et produits à base de moutarde

• graines de sésame et produits à base de graines de sésame

Il est fréquent que l’organisme réagisse à plusieurs allergènes. Ce phénomène résulte généralement de ce que l'on appelle des réactions allergiques croisées en raison de la similitude de leur structure chimique.

Intolérance alimentaire

Appelé aussi une réaction non causé par IgG (désolée pour la traduction je n’ai pas trouvé mieux : non-IgE mediated reaction). Le système immunitaire n’intervient pas directement dans une intolérance alimentaire. Contrairement à l’allergie où on est allergique à un aliment, l’intolérance concerne un composant, généralement une protéine. Le corps ne produit pas, ou pas suffisamment d’enzymes pour la digestion. Il en résulte que le composant en question reste longtemps dans l’appareil digestif causant des ballonnements, des diarrhées, des vomissements, etc. De l’exposition répétitive à la cause de l’intolérance survient le symptôme des intestins lisses. Les problèmes de digestion sont d’autant plus fréquents. L’intolérance alimentaire ne survient pas instantanément, cela peut prendre quelques heures à quelques jours.

Statistiquement, chez les bébés, l’intolérance la plus répondu est l’intolérance au gluten (protéine de céréale comme le blé). Chez les adultes, c’est l’intolérance au lactose (la protéine du lait).

Que faut-il faire ?

Qu’il s’agisse d’une allergie ou d’une intolérance, il faut prendre la chose au sérieux. Même si les symptômes ne sont pas « très graves », une exposition répétée peut causer des dégâts irréversibles.

Chez un bébé en début de diversification, on peut parler de système digestif pas encore mature. Il convient d’arrêter l’aliment en cause et de réessayer quelques semaines plus tard. N’oubliez pas la règle de base qu’il faut introduire un seul aliment à la fois, pendant 2 ou 3 jours.

Si la réaction arrive à se reproduire ou si vous n’arrivez pas à isoler l’aliment responsable, n’hésitez pas à contacter votre médecin. Il confirmera le diagnostic, il vous redirigera vers un médecin nutritionniste si besoin.

Si vous avez un terrain d allergique familiale voilà quelques conseils:

1.Allaiter votre bébé pendant au minimum 6 mois ( idéalement 24 mois) introduire les aliments en donnant du LM diminue le risque de developper une allergie et permet un développement optimum du système immunitaire du nourrisson.

2-Demander conseil à votre pédiatre ou le mieux un diététicien lors de l’étape de la diversification alimentaire si vous avez un terrain d'allergie familial ,pour que les aliments soient introduits de manière progressive et à des moments bien précis.

3.Consulter en cas de doute ( appartition de l un des signes déjà cités) un allergologue .

PS: Un nouveau-né est considéré « à risque allergique » quand son père et/ou sa mère et /ou ses frères et sœurs ont eu mêmes une vraie maladie allergique : asthme, eczéma atopique, rhino-conjonctive saisonnière, allergie alimentaire.

 

Article corrigé et validé par Dr meriem elaji

Un petit commentaire fait plaisir :