Démarrage physiologique de l’accouchement d’une grossesse à terme

AK_birth

Le début physiologique (spontanée) de l'accouchement pour une grossesse menue à terme est un processus complexe et pas entièrement compris. Cela dit, ce moment critique pour la survie et semble annoncer essentiellement par la maturité du bébé, à travers la production de cortisol par le fœtus, coordonnée avec la production des œstrogènes par la mère. Le moment de l'apparition physiologique du travail d’une grossesse à terme est difficile à prévoir en raison de la variation normale dans la durée de la gestation humaine.
Avec le début physiologique du travail, les systèmes maternel et fœtal sont synchrones. Ils sont entièrement préparés et alignés sur la sécurité, l'efficacité, du travail et de la naissance. C'est aussi la garantie de transitions physiologiques post-partum optimales, y compris l'initiation de l'allaitement maternel et l'attachement maman-nouveau-né, selon les compréhensions physiologiques et Études humaines et animales.

Les préparations physiologiques pré-contractions se produisent dans les semaines, les jours et (dans les études animales) les heures qui précèdent le début du travail.

Les préparations maternelles incluent :

  • augmentation des niveaux d'œstrogènes, activation de l'utérus pour un travail efficace
  • la maturation cervicale en raison de l'augmentation de l'activité de l'ocytocine et de la prostaglandine (récepteurs, niveaux)
  • augmentation de l'inflammation, qui active également le col et l'utérus
  • augmenter les récepteurs de l'ocytocine utérine, pour donner des contractions efficaces pendant le travail et après la naissance pour réduire les saignements
  • augmentation des récepteurs (central) basés sur le cerveau pour les bêta-endorphines (études sur les animaux), contribuant à l'analgésie endogène durant le travail
  • augmentation de l'ocytocine mammaire et centrale et des récepteurs de la prolactine (études sur les animaux), qui favorisent l'allaitement maternel et l'attachement maternel et infantile après la naissance

De même, les processus avant et pendant le travail favorisent les adaptations du bébé pour le travail et la préparation maximale pour la transition critique à la vie hors du ventre maternel. Ceux-ci inclus :

  • le travail préliminaire (« le faux travail ») permet la maturation des poumons et autres systèmes organiques, et active le processus qui dégage le fluide pulmonaire et nettoie l’appareil respiratoire.
  • développement préliminaire des processus neuroprotecteurs d'ocytocine (études sur les animaux)
  • augmentation prépondérante des récepteurs de l'épinéphrine-norepinephrine, protection contre l'hypoxie du travail par l'augmentation tardive de l'épinéphrine-norepinephrine (catécholamine)
  • préservation de l'approvisionnement en sang vers le cœur et le cerveau, via les pics de catécholamine, avec des effets neuroprotecteurs
  • préparations induites par la catécholamine dans le travail qui favoriseront la production respiratoire, l'énergie et le glucose du nouveau-né et la régulation de la chaleur.

PS : la catécholamine est une substance chimique. Concrètement c’est de l’adrénaline ou de la dopamine.

Cet article est traduit à partir de : Buckley, S. J. (2015). Hormonal physiology of childbearing: Evidence and implications for women, babies, and maternity care. Washington: Childbirth.

Un petit commentaire fait plaisir :